CHAN 2016 : Finale historique pour le Mali qui élimine la Cote d’Ivoire

FacebookTwitterGoogle+Share

Ce sera une finale RD Congo – Mali. Les Aigles ont rejoint les Léopards au terme d’une demi-finale de très bonne facture contre les Eléphants de Côte d’Ivoire. Il aura pourtant fallu attendre les derniers instants du temps règlementaire pour voir les hommes de Djibril Dramé faire la différence sur un but du remplaçant Yves Bissouma, milieu offensif du Stade Malien.

Le travail de sape physique aura eu raison sur le football plus élaboré des jeunes Ivoiriens. Les statistiques donnent cette fois, contrairement à la veille, des indications sur le déroulement de la partie. Avantage pour la possession de balle aux Ivoiriens : 50-46% ; en revanche les Maliens ont été nettement plus forts dans la percussion, 12 tirs au but dont 5 cadrés contre 4 tirs et 1 seul cadré pour les Ivoiriens. Le Mali est désormais partie prenante de l’élite du football africain comme le confirme l’exceptionnel bilan de toutes ses sélections nationales depuis une année. Après le titre continental chez les U-17 qui fut le premier de l’histoire pour le pays, la RD Congo devra faire très attention en finale.

malicel

Si la victoire ne s’est décidée qu’en toute fin du temps réglementaire, elle aurait pu se dessiner plus tôt si le gardien Badra Ali Sangaré n’avait réalisé un sans-faute comme sur ce pénalty tiré par Mamadou Coulibaly et dégagé en corner d’une superbe claquette de la main (31’). Quelques minutes auparavant, il s’était déjà montré décisif devant Sékou Koïta. On doit à la vérité de dire que les premières occasions du match furent ivoiriennes : tir sur le poteau d’Aka Essis (9’), sauvetage sur sa ligne du défenseur Lassana Samaké sur un coup-franc du capitaine N’Guessan Serge (18’). Djigui Diarra l’avait échappé belle.

La deuxième période fut un peu différente avec une mainmise du ballon à l’avantage des Maliens. Petit à petit, les Ivoiriens s’éteignirent face à des adversaires déchaînés et plus volontaires, plus déterminés. Ils avaient usé les Verts, les avaient laminés. Et, tandis qu’on s’apprêtait à disputer les prolongations comme lors de quatre des cinq matches précédents, il y eut cette très longue balle en avant sur le côté gauche de la surface de Sangaré. Hamidou Sinayogo glissait en retrait à Yves Bissouma qui éclipsait Ibrahim Comara avant de venir glisser tranquillement le ballon au fond des filets ivoiriens. Le ballon de la victoire, le ballon de l’accession en finale.

Les Maliens plus percutants n’avaient pas volé leur succès au terme d’une demi-finale indécise, prenante et d’un bon niveau, meilleure que celle qui avait départagé la veille Congolais et Guinéens. A qui le titre ? Verdict dimanche au stade Amahoro, à Kigali. Difficile de dire laquelle des deux équipes l’emportera même si les Congolais auront bénéficié d’un jour de repos supplémentaire.

LES REACTIONS :

Djibril Drame (entraîneur du Mali)

« Ce fut un match très difficile techniquement et tactiquement. Le numéro 8 (Yves Bissouma) est le meilleur joueur de mon équipe, mais il a été suspendu. Aujourd’hui, quand je me suis aperçu que les choses ne fonctionnaient pas, je lui ai dit « Kid tu rentres et tu dois marquer ; si tu ne marques pas, je te sors. Et quand il est rentré, il m’a entendu.
Les deux équipes étaient très proches l’une de l’autre. La réussite a été de notre côté. Je pense avoir fait les bons choix. 
Notre premier objectif était de dépasser la phase de groupes. Puis ce du match après match et nous serons dans cet état d’esprit avant la finale. Son issue, je ne peux pas répondre. Chaque match recèle sa propre vérité. Nous verrons bien ce qu’il adviendra ».

Michel Dussuyer (entraîneur de la Côte d’Ivoire)

Nous sommes déçus. Je pense que nous avons commis des erreurs dans nos choix tactiques. Et nous n’avons pas pu ou su renouveler nos sorties précédentes. Je ne sais pas si cela était dû à l’état physique, mental ou l’approche psychologique du match. Nous avons perdu beaucoup trop de ballons. Nous n’avons pas été nous-mêmes. Non, nous n’avons pas bien joué. Les Maliens étaient meilleurs et ils ont mérité de l’emporter.
C’est une défaite mais il ne faut pas se focaliser sur ce résultat et oublier ce que nous avons fait avant. Personne ne nous attendait à ce niveau. Nous avons rempli notre contrat en entrant dans le dernier carré. Le travail mérite d’être poursuivi. La base est bonne. A nous de poursuivre nos efforts pour avancer et avancer encore ». 

Articles liés

FacebookTwitterGoogle+Share

Leave a Comment