Rwanda – RD Congo et Cameroun – Côte d’Ivoire en quarts de finale

FacebookTwitterGoogle+Share

Les deux premiers quarts de finale sont connus. Le Rwanda recevra la RD Congo samedi 30 janvier au stade Amahoro à Kigali ; en deuxième heure le Cameroun et la Côte d’Ivoire s’affronteront au stade d’Huye.

La question du jour était de savoir qui de la Côte d’Ivoire ou de l’Ethiopie rejoindrait le trio des trois qualifiés. Le Cameroun avait l’avantage sur son rival de pouvoir se contenter du point d’un match nul.

Le Cameroun a fait mieux. Il a remporté sa deuxième victoire dans le groupe B en l’emportant par 3 buts à 1 face aux Léopards et terminé en tête du groupe.

A l’évidence les Camerounais avaient bien en tête les données du problème. La consigne de Martin Ndtoungou Mpilé était simple : « les gars on gagne ». Florent Ibenge était dans une toute autre disposition. Il n’avait gardé qu’un joueur de champ ayant disputé l’intégralité des deux matches précédents, le milieu de terrain du TP Mazembe, Merveille Bope. 

IMG_0346

La partie se déroula comme on l’avait imaginée. Les Camerounais prenaient d’entrée l’initiative du jeu, tandis que les Congolais se contentaient de voir venir, tranquilles.  A tour de rôle, les Samuel Nlend, Nicolas Ngamaleu, Yazid Atouba et Anthony Mfede se déployaient sur la ligne d’attaque, cherchant l’ouverture devant le gardien Ley Matampi qui, par certains de ses gestes n’est pas sans rappeler son légendaire prédécesseur, Robert Kidiaba, mais cela ne passait pas.

D’une part parce que Matampi réalisait un sans-faute, d’autre part parce que les Camerounais, plus lionceaux que Lions, se montraient souvent maladroits dans la réalisation et dans la finition. Jusqu’à la 40e minute lorsque à la réception d’un centre parfait de Ngamaleu, Atouba reprenait de pleine volée l’offrande pour la catapulter dans les filets congolais. 1-0 à la mi-temps. Le Cameroun avait fait un pas supplémentaire en direction des quarts de finale.

On venait à peine de reprendre que le jeu qu’au terme d’un une-deux en trois temps magnifique avec, au départ de l’action Christian Ngudikama, Jean-Marc Mundele égalisait (47’). Les camarades de Guy Lusadisu reprenaient l’avantage peu après. Un centre de Jonathan Ngwem impeccable pour Ngamaleu et direct dans les filets (51’). On faillit assister à la réplique parfaite de l’action – débordement sur le côté droit, centre ajusté dans la surface au deuxième poteau, avec les mêmes joueurs, mais cette fois le ballon passa au-dessus de la transversale (62’).

Quelques instants plus tard, les Camerounais ajoutaient un troisième but par Nlend après une série d’erreurs défensives congolaises.

Un match plaisant car une fois encore dans ce groupe B, le plus prolifique pour le moment, on avait assisté à des buts, les quatre de Cameroun – RD Congo, et les trois d’Angola – Ethiopie (2-1). Une partie qui avait attiré les entraîneurs du Rwanda et de la Côte d’Ivoire, avides de connaître leurs futurs adversaires dont ils ignoraient le nom.

Il y avait également le toujours jeune Monsieur Roger Milla, très attentif au jeu de ses « successeurs ». Le Cameroun avait logiquement gagné. Question : et si Florent Ibenge n’était pas malheureux de rencontrer le Rwanda plutôt que la Côte d’Ivoire ? Une chose est sûre un Cameroun – Côte d’Ivoire fait déjà saliver le football africain.

LE CLASSEMENT FINAL DU GROUPE B

1. Cameroun 7 points – qualifié
2. RD Congo 6 points – qualifiée
3. Angola 3 points – éliminé
4. Ethiopie 1 point – éliminée


CAMEROUN-RD CONGO: LES REACTIONS

Samuel Nlend, attaquant camerounais :

« Le contrat est rempli puisque nous sommes au deuxième tour. Mais nous n’allons pas nous endormir sur nos lauriers et continuer à travailler. Nous allons affronter une grande équipe de Côte d’Ivoire, qui est une des autres grosses nations de cette compétition. […] La RDC reste une grande équipe. On n’était pas favoris aujourd’hui. Les Congolais ont la meilleure attaque du tournoi. Beaucoup ont douté du fait qu’on pouvait les mettre à terre. Mais aujourd’hui nous avons fait preuve d’une grande rigueur et d’une grande maturité. »

Jean-Marc Makusu, attaquant congolais :

« C’est la loi du jeu. On n’a perdu mais il n’y a rien de spécial à rajouter. On doit juste beaucoup travailler pour le quart de finale. C’est ça qui est important. […] Peu importe qu’on rencontre le Rwanda plutôt que la Côte d’Ivoire. La seule chose qui compte maintenant et d’aller en demi-finale. »

Articles liés

FacebookTwitterGoogle+Share

Leave a Comment